Quelle est la nouvelle norme pour les installations électriques ?

Norme électrique

La mise en place d’un circuit de réseau électrique nécessite de lourdes connaissances et une parfaite maitrise du domaine. La législation prévoit d’ailleurs des mesures strictes à respecter pour permettre une pose et une utilisation sans risques. Ces réglementations concernent aussi bien les nouveaux circuits que les anciens systèmes nécessitant une rénovation de sécurité. Chaque élément du circuit est paramétré pour ne pas causer une gêne ou avoir un quelconque impact sur le bon fonctionnement de l’ensemble du système.

La nécessité d’établir de nouvelles réglementations

Les installations électriques sont des équipements performants, mais aussi sensibles. Malgré l’utilité de l’électricité, elle représente un danger lorsqu’elle n’est pas bien exploitée. L’une des principales raisons de se conformer aux normes électriques 2020 est d’assurer sa propre sécurité et celle de ses proches. En effet, un système d’énergie défaillant peut provoquer des dégâts, allant de la détérioration de vos appareils électroniques à des incendies graves.

D’un autre côté, le respect de ces réglementations favorise un bon fonctionnement du système. Dans le cas d’un réseau mal raccordé ou mal installé, les factures d’électricité peuvent devenir exorbitantes sans que le système ne joue convenablement son rôle. Bien évidemment, cela ne concerne pas uniquement les nouveaux aménagements.

Même pour des systèmes vétustes, une mise à niveau est nécessaire pour se conformer aux nouvelles réformes de sécurité. Avec l’évolution de la technologie, des changements s’opèrent également en matière de système d’énergie. Pour suivre cette évolution, ces réformes sont donc indispensables. Dans certaines régions, le respect de ces réglementations est obligatoire au risque de s’exposer à des amendes qui peuvent être conséquentes.

La présente norme intitulée NF C 15-100 s’applique sur des réseaux d’alimentation à basse tension. Elle prend en compte les résidences, les entreprises et d’autres locaux utilisant ce type d’énergie. Cette réglementation a été mise au point par l’unité Technique d’Électricité (UTE). Elle aide à une installation et une utilisation facile du réseau d’énergie sans dangers.

Les parties d’un système d’énergie impliquées dans ces réformes

Toutes les parties du réseau d’alimentation de votre demeure ou de votre entreprise sont concernées par ces lois. Quel que soit l’usage que vous souhaitez faire de ces aménagements, il est important de disposer chaque élément à sa place et selon les règles. Pour en revenir aux différentes parties du système, vous avez entre autres :

  • Les interrupteurs et les prises ;
  • Les gaines et les câbles ;
  • Le disjoncteur ;
  • Le tableau et le compteur électrique.

Pendant que le tableau électrique regroupe les circuits et agit comme un centre de contrôle, le compteur lui détermine votre consommation en électricité. Le disjoncteur quant à lui arrête le fonctionnement du circuit en cas de surcharge. Les câbles assurent l’acheminement de l’énergie électrique et alimentent chaque appareil électrique.

À ce niveau, on distingue trois couleurs selon qu’il s’agit d’un câble neutre (bleu), d’un câble de terre (bleu rayé et jaune) ou d’un câble phase (marron, noir ou rouge). Par mesure de sécurité, les câbles sont rangés ensemble au cœur des gaines protectrices.

Pour ce qui est des prises, ils aident au branchement des appareils et l’interrupteur ouvre ou ferme la circulation de l’énergie. Chacun de ces éléments est mentionné par la règle NF C 15-100 tant pour la disposition que pour les spécificités requises pour une bonne installation.

Les recommandations concernant la mise en place du système

Pour toute installation électrique de basse tension, tous les circuits doivent être protégés à l’aide de dispositifs différentiels. Ces derniers sont entre autres les interrupteurs et les disjoncteurs qui doivent disposer de courant résiduel de 30 mA. La gaine recommandée pour recouvrir les câbles est le GTL (Gaine Technique Logement). Il est impératif qu’il se retrouve systématiquement sur tous les câbles.

Dans certains cas, la pose d’un parafoudre peut être envisagée. De même, si vous optez pour l’utilisation de radiateurs, il faudra alors tenir compte de leur puissance pour choisir des conducteurs en cuivre adaptés. En outre, il y a aussi des mesures spécifiques à observer d’une pièce de la maison à une autre. À cet effet, la nouvelle réglementation renseigne sur le type d’éclairage, l’emplacement et le nombre de prises avec leurs spécifications.

Il y a également des mesures concernant la maison en général ainsi que l’accès des prises aux personnes handicapées. Toutefois, si le bâtiment date de plus de 15 ans, alors il est nécessaire d’effectuer un diagnostic de sécurité préalable. Ce diagnostic doit être réalisé par un professionnel et celui-ci devra respecter les exigences de la réglementation XP 16 600. Cette recommandation renseigne sur les contrôles nécessaires à effectuer pour s’assurer de la conformité de l’habitation ainsi que de sa non-dangerosité en matière d’électricité.

Que disent les textes concernant la mise en place des prises ?

Chaque prise de votre circuit doit avoir une liaison à terre par l’intermédiaire d’une prise interconnectée. Cette mesure permet de prévenir les dommages sur vos appareils et d’éviter les risques d’électrocution des occupants de la résidence. Aussi, il existe un nombre spécifique de prises à disposer par pièces ainsi qu’un emplacement précis pour leur mise en place.

À ce titre, le règlement C 15-100 a connu une révision en 2012 pour adapter l’emplacement des prises aux nouveaux modes de vie. Il y a en effet des prises spécialement dédiées à l’utilisation d’appareils multimédias avec un mode d’installation assez particulier. Désormais, une chambre doit comporter au moins 3 prises, dont une près de l’interrupteur d’éclairage.

Pour la cuisine, 6 prises au moins sont requises, dont 3 seront dédiées aux gros appareils électroménagers. Il doit aussi en avoir 4 disposés au-dessus des plans de travail. En ce qui concerne le salon, le nombre est déterminé en fonction de la superficie de ce dernier. Ce qui est recommandé est de placer une prise tous les 4m2. Pour toutes les autres pièces ayant une superficie plus grande que 4m2 comme la salle de bain, le couloir et autres, une seule prise est suffisante.

Que disent les textes concernant le matériel ?

Tous les éléments constitutifs du circuit sont à acheter et à installer selon les textes de la NF C 15-100. À cet effet, certains accessoires sont désormais interdits comme le système de fixation à griffes par exemple. De même, les raccordements en ce qui concerne l’éclairage devront tous disposer d’une boîte de connexion pourvue d’un socle DCL.

Les compteurs quant à eux peuvent être écologiques, électroniques ou encore standard. Aussi, il est indispensable de disposer d’une prise de terre. En outre, les détails sur cette réglementation peuvent prêter à confusion surtout pour un non-initié aux équipements électriques. C’est d’ailleurs pour cela que toutes les mises en place doivent s’effectuer par des professionnels en la matière.

À la fin de chaque chantier, un contrôle est réalisé pour s’assurer de la conformité des aménagements avec la réforme C 15-100. Si certaines mesures ne sont pas respectées, de nouveaux travaux s’effectuent en attendant une contre-visite pour attester et autoriser l’ouverture de l’installation.

Publié le
Catégorisé comme Divers

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *